Saint Sébastien, martyr

Saint Sebastien600

Statue de saint Sébastien aux catacombes qui portent son nom à Rome

Il est l'un des plus célèbres martyrs romains. Officier dans l'armée de Dioclétien, il était chrétien, et lorsqu’il fut découvert, on voulut l’obliger à sacrifier à l'empereur. Lié nu à un arbre, il servit de cible aux tirs de ses propres soldats, à Rome, en 284. Saint Ambroise en parle dans ses commentaires du psaume 118 et saint Damase fit construire une église au-dessus de sa tombe.

Saint Fabien, pape et martyr

Saint FabienIl fut pape durant quatorze ans, de 236 à 250. Saint Cyprien de Carthage, son contemporain, l'appelait un homme incomparable et ajoutait que sa mort correspondait à la bonté et à la pureté de sa vie. Il tomba, victime de la persécution de Dèce, en 250.

Saint Etienne Min Kuk-ka, martyr

Ce catéchiste coréen fut étranglé à Séoul, en 1840, pour sa foi en Jésus-Christ à l'époque où plus de 10.000 chrétiens donnèrent ce témoignage de leur fidélité au Christ.

Bienheureux Cyprien (Michael) Iwene Tansi, prêtre

Iwene Tansi est né à Aguleri, près de Onitsha au Nigeria, en 1903. Il fut baptisé à l’âge de 9 ans et reçut le nom chrétien de Michael. Il exerça pendant plusieurs années comme catéchiste et professeur avant d'entrer au séminaire en 1925. Il fut ordonné prêtre en 1937 pour le diocèse de Onitsha, où il fit preuve d’un grand dévouement et d’un zèle intense pour le Royaume de Dieu. Devenu moine, au monastère cistercien du Mont-Saint-Bernard, près de Leicester en Angleterre, il mérita d’achever une vie sainte par une sainte mort en 1964.

Bienheureux Basile Moreau

Né en 1799 à Laigné-en-Belin, dans une famille nombreuse de cultivateurs. Il fut ordonné prêtre pour le diocèse du Mans en 1821. A Paris, il étudie la théologie chez les Sulpiciens. Prédicateur et éducateur de talent, il enseignera au séminaire durant treize années successivement la philosophie, le dogme et l'Écriture sainte. En 1840, il fonde la famille religieuse de Sainte-Croix, du nom de la commune où elle est implantée. La petite congrégation connaît une croissance rapide. Basile Moreau voulut donner aux prêtres, frères et sœurs de Sainte-Croix, une ferme confiance en la divine Providence. Mais des difficultés internes à la congrégation l'amènent à offrir sa démission de supérieur général et il se retire dans une petite maison à côté de l'Institution de Sainte-Croix. Sans amertume ni haine, et pardonnant à tous, il passe ses dernières années à donner des prédications dans les paroisses du Mans et des environs. Il meurt en janvier 1873.