Saints Léovigilde et Christophe, martyrs

Léovigilde était moine de Saint-Juste de Courdoue en Andalousie et Christophe, moine de Saint-Martin de la Rojana, près de Cordoue. Au cours de la persécution musulmane, en 852, ces deux moines allèrent d’eux-mêmes trouver le juge et confessèrent hautement leur foi au Christ. Cela leur valut d’être roués de coups, emprisonnés et d’obtenir ensuite la palme du martyre sous Abderrahaman II.

Saint Samuel, prophète

Il fut le dernier des Juges d’Israël (XIème siècle avant J-C) et prépara le Royaume d'Israël, bien qu'il y vit une méfiance à l'égard de la souveraineté de Dieu. Grande était sa piété, étant au service de l'Arche d'Alliance dès son plus jeune âge.

Saint Philibert

Abbé de Jumièges en Normandie, puis de Noirmoutier en Vendée. Il avait quitté la cour du roi Dagobert pour se faire moine d'abord à Rebais dans la Brie française. Plus tard il fonda un monastère à Jumièges près de Rouen. Quand il apprit que Ebroïn, le maire du palais, avait fait assassiner Saint Léger d'Autun, il alla reprocher son crime au maire de Neustrie. Ebroïn chargea Saint Ouen de le faire disparaître. L'évêque de Rouen obéit, le fit emprisonner, mais la captivité fut douce et dura peu, car Ebroïn fut assassiné à son tour. Saint Philibert remercia Saint Ouen de son hospitalité, l'assura de sa parfaite amitié et prit le chemin du monastère de Noirmoutier. Lors des invasions normandes, ses reliques furent transportées à Tournus en Bourgogne, où lui fut bâtit une magnifique abbatiale.

Saint Bernard, abbé et docteur de l'Eglise

Saint BernardA vingt-trois ans ce bourguignon entraîne avec lui une trentaine de jeunes en quête d'absolu au monastère de Cîteaux, près de Dijon... Dès 1115, après trois années de vie monastique à Cîteaux, Bernard est envoyé à Clairvaux pour y fonder l'abbaye dont il restera abbé jusqu'à sa mort. Mais loin de rester cloîtré il parcourt les routes d'Europe devenant, comme on a pu l'écrire, «la conscience de l'Eglise de son temps». Sa correspondance abondante avec des princes, des frères moines ou des jeunes gens qui requièrent son conseil ne l'empêche pas de se consacrer à la contemplation tout autant qu'à l'action directe dans la société de son temps. Infatigable fondateur, on le voit traînant sur les routes d'Europe sa santé délabrée et son enthousiasme spirituel. Sa réforme monastique l'oppose à l'Ordre de Cluny dont il jugeait l'interprétation de la règle de Saint Benoît trop accommodante. A sa mort, en 1153, ce sont trois cent quarante-trois abbayes cisterciennes qui auront surgi du sol européen.

Bienheureux Louis François Le Brun et Gervais Brunel, martyrs sur les pontons de Rochefort

Dans la baie devant le port de Rochefort, en 1794, les Bienheureux Louis-François Le Brun et Gervais Brunel, prêtres et martyrs. Le premier était moine bénédictin de Saint-Wandrille, le second prieur de l’abbaye cistercienne de la Trappe, tous les deux, fervents religieux, furent arrêtés en raison de leur sacerdoce pendant la Révolution française, déportés sur un bateau où ils vécurent dans des conditions inhumaines et succombèrent au bout de quelques mois.

Bienheureux Ladislas Maczkowski , martyr à Dachau

Wladislaw Maczkowski (1911-1942), prêtre polonais du diocèse de Gniezno, fut arrêté par l’occupant nazi puis déporté, à Dachau, en Allemagne, où il succomba à la suite des mauvais traitements qui lui furent infligés continuellement.

Bienheureuse Marie Clément Mateu, martyre

En 1936, la Bienheureuse Marie Clément Mateu, vierge et martyre, fut fusillée avec sa mère à Xative, dans la région de Valence lors de la persécution religieuse espagnole.

Lundi 17 Juillet 2017
Haut de page