Flash annonces semaine

Marché de Noël et Saint Nicolas

Chers Paroissiens,

La paroisse du Sacré Cœur organise chaque année un marché de Noël, en général durant le deuxième week-end de décembre afin de vous proposer de faire vos emplettes de Noël, tout en soutenant financièrement la paroisse.
Cette année ce marché sera très petit, car élargi à tous les événements du mois de décembre à la paroisse.

Le 16 décembre, après la messe de 10h30 nous vous proposons le repas paroissial de Noël. Nous allons manger la daube de sanglier. Au cours de ce repas, vous pourrez faire un tour dans les petits stands de layette, bonnets, coussins et autres confections. Comme produit, je vous propose du jus de pomme bio, et du vin blanc, rosé et rouge, venant comme l’année dernière du domaine de la Cave Madeleine dans les Alpes de Haute Provence. Vous pouvez également acheter des biscuits de Noël. Et à 15h le concert de l'Ensemble de clarinettes à l'église.

D'avance merci pour votre soutien à la paroisse. Bon temps de l'Avent à tous.

Saint Nicolas

9h-12h : Vente de Saint Nicolas

- Layettes, Bonnets, Coussins, ….

- Vins, biscuits, jus de pomme

12h00 : Repas Paroissial de Noël

Prix : 16 € (adultes), 8 € (enfants jusqu’à 11 ans) gratuit (enfants jusqu’à l’âge de 6 ans)

Inscription dès à présent

15h : Concert de clarinettes

Entrée libre

prochaines conférences

 conférences et enseignements à venir

18 décembre,  Conférence KT Néo avec Jean-François Andouche

22 janvier Conférence KT Néo avec Jean-François Andouche

anciennes conférences

à retrouver dans le menu sous l'onglet Conférences

 

KTE NEO catéchèse pour adultes

les enseignements de la catéchèse pour adultes

2017 - 2018 Pour les adultes, des rencontres de catéchèse

les mercredi de 18h15 à 19h30 : sur des thèmes différents :

Derniers thèmes:

17 janvier 2018  les sacrements du baptême et de la confirmation

24 janvier 2018  les différents ordres religieux et présentation des Dominicains

site kte neo

 

l'Eglise a besoin de vous !

l'Eglise a besoin de vous !

Il est nécessaire pour chacun de soutenir généreusement l'Eglise.

Les enveloppes du Denier de l'Eglise sont à votre disposition, vous pouvez également faire un don sur le site du denier de l'église.

 ou https://don.frejustoulon.fr/projet/denier/denier diocese

 regardez  la vidéo du denier du culte des "Jeunes catholiques Lyon"

 

Catéchisme

cate dioceseToute l'année, même en milieu d'année, on accueille toujours au catéchisme !

Les inscriptions peuvent se faire par téléphone, au 04 94 24 53 72 ou directement auprès du père Patrik.

A bientôt donc !

Lire la suite...

Ce texte a été composé par le cardinal Ratzinger pour le Chemin de croix du Colisée en 2005.
 

Jésus est condamné à mort

MÉDITATION

Le Juge du monde, qui reviendra un jour pour nous juger, est là, anéanti, déshonoré et sans défense face au juge de la terre. Pilate n'est pas totalement mauvais. Il sait que ce condamné est innocent; il cherche le moyen de le libérer. Mais Pilate est indécis. Et en définitive, sur le droit, il fait prévaloir sa position, il se fait prévaloir lui-même. Et les hommes qui vocifèrent et demandent la mort de Jésus ne sont pas non plus totalement mauvais. Beaucoup parmi eux, le jour de la Pentecôte, seront «remués jusqu'au fond d'eux-mêmes» (Ac 2, 37), quand Pierre leur dira : «Jésus de Nazareth – cet homme dont Dieu avait fait connaître la mission – ... vous l'avez fait mourir en le faisant clouer à la croix par la main des païens...» (Ac 2, 22s). Mais en cet instant, ils subissent l'influence de la foule. Ils vocifèrent parce que les autres vocifèrent, et ils vocifèrent comme les autres. Et ainsi, la justice est piétinée par lâcheté, par faiblesse, par peur du diktat de la mentalité dominante. La voix ténue de la conscience est étouffée par les vociférations de la foule. L'indécision, le respect humain confèrent leur force au mal.

 

PRIÈRE

Seigneur, tu as été condamné à mort car la peur du regard des autres a étouffé la voix de la conscience. Tout au long de l'histoire, il en a toujours été ainsi, des innocents ont été maltraités, condamnés et tués. Combien de fois n'avons-nous pas, nous aussi, préféré le succès à la vérité, notre réputation à la justice ! Donne force, dans notre vie, à la voix ténue de la conscience, à ta voix. Regarde-moi comme tu as regardé Pierre après le reniement. Fais en sorte que ton regard pénètre nos âmes et indique à notre vie la direction. A ceux qui ont vociféré contre toi le Vendredi saint, tu as donné l'émotion du cœur et la conversion au jour de la Pentecôte. Et ainsi, tu nous as donné à tous l'espérance. Donne-nous aussi, toujours de nouveau, la grâce de la conversion.

 

 

 

 

 

 

DEUXIÈME STATION

Jésus est chargé de la Croix

2

MÉDITATION

Jésus, condamné comme prétendu roi, tu es raillé, mais dans la dérision apparaît cruellement la vérité. Combien de fois les insignes du pouvoir portés par les puissants de ce monde ne sont-ils pas une insulte à la vérité, à la justice et à la dignité de l'homme! Combien de fois leurs cérémonies et leurs grands discours ne sont en vérité rien d'autre que de pompeux mensonges, une caricature de la tâche qui est la leur: se mettre au service du bien ! Jésus, celui dont on se moque et qui porte la couronne de la souffrance, est pour cela précisément le vrai roi. Son sceptre est justice (cf. Ps 45, 7). Le prix de la justice est souffrance en ce monde : lui, le vrai roi, ne règne pas par la violence, mais par l'amour dont il souffre pour nous et avec nous. Il porte la croix sur lui, notre croix, le poids de l'homme, le poids du monde. C'est ainsi qu'il nous précède et qu'il nous montre comment trouver le chemin de la vraie vie.

PREMIÈRE STATION TROISIÈME STATION

 

PRIÈRE

Seigneur, tu t'es laissé tourner en dérision et outrager. Aide-nous à ne pas nous joindre à ceux qui se moquent de celui qui souffre et de celui qui est faible. Aide-nous à reconnaître ton visage en ceux qui sont humiliés et mis à l'écart. Aide-nous à ne pas nous décourager devant les moqueries du monde, quand l'obéissance à ta volonté est tournée en dérision. Tu as porté la croix et tu nous as invités à te suivre sur ce chemin (cf. Mt 10, 38). Aide-nous à accepter la croix, à ne pas la fuir, à ne pas nous lamenter et à ne pas laisser nos cœurs être abattus devant les peines de la vie. Aide-nous à parcourir le chemin de l'amour et, obéissant à ses exigences, à atteindre la vraie joie.

Jésus rencontre sa mère

4

MÉDITATION

Sur le chemin de croix de Jésus, se trouve aussi Marie, sa Mère. Durant la vie publique de son fils, elle avait dû se tenir à l'écart, pour faire place à la nouvelle famille de Jésus, à la famille naissante de ses disciples. Elle avait également dû entendre ses paroles: «Qui est ma mère et qui sont mes frères? ... Celui qui fait la volonté de mon Père qui est aux cieux, celui-là est pour moi un frère, une sœur et une mère.» (Mt 12, 48-50). On voit à présent qu'elle est la Mère de Jésus, non seulement dans son corps, mais dans son cœur. Avant même de l'avoir conçu dans son corps, elle l'avait conçu dans son cœur, grâce à son obéissance. Il lui avait été dit: «Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils... Il sera grand...; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son Père» (Lc 1, 31s). Pourtant, peu après, elle avait entendu de la bouche du vieux Syméon d'autres mots: «Et toi-même, ton cœur sera transpercé par une épée» (Lc 2, 35). Elle se sera ainsi rappelée les paroles des prophètes, des paroles semblables à celles-ci: « Maltraité, il s'humilie, il n'ouvre pas la bouche: comme un agneau conduit à l'abattoir» (Is 53, 7). A présent tout devenait réalité. Dans son cœur, elle avait toujours conservé la parole que l'ange lui avait dite quand tout avait commencé: «Sois sans crainte, Marie» (Lc 1, 30). Les disciples se sont enfuis, elle, non. Elle reste là, avec son courage de mère, avec sa fidélité de mère, avec sa bonté de mère et avec sa foi, qui résiste dans l'obscurité: «Heureuse celle qui a cru» (Lc 1, 45). «Mais le Fils de l'homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur terre?» (Lc 18, 8). Oui, à ce moment-là, Il le sait: il trouvera la foi. En cette heure-là, c'est sa grande consolation.

 TROISIÈME STATION  CINQUIÈME STATION

 

PRIÈRE

Sainte Marie, Mère du Seigneur, tu es restée fidèle quand les disciples se sont enfuis. De même que tu as cru quand l'ange t'a annoncé l'incroyable – que tu allais devenir la mère du Très-Haut –, de même, tu as cru à l'heure de sa plus grande humiliation. Ainsi, à l'heure de la croix, à l'heure de la nuit la plus sombre du monde, tu es devenue Mère des croyants, Mère de l'Église. Nous te prions: apprends-nous à croire et aide-nous afin que notre foi devienne courage de servir et geste d'un amour qui vient en aide et qui sait partager la souffrance.

Jésus tombe pour la première fois

3

MÉDITATION

L'homme est tombé et tombe toujours de nouveau : combien de fois n'est-il que la caricature de lui-même, et non plus l'image de Dieu, tournant ainsi en dérision le Créateur? N'est-il pas l'image de l'homme par excellence celui qui, descendant de Jérusalem à Jéricho, fut attaqué par les brigands qui le dépouillèrent et le laissèrent à moitié mort, ensanglanté au bord du chemin ! La chute de Jésus sous la croix n'est pas seulement la chute de l'homme Jésus déjà épuisé par la flagellation. Ici apparaît quelque chose de plus profond, comme dit Paul dans la lettre aux Philippiens : «Lui qui était dans la condition de Dieu, il n'a pas jugé bon de revendiquer son droit d'être traité à l'égal de Dieu ; mais au contraire, il se dépouilla lui-même en prenant la condition de serviteur. Devenu semblable aux hommes ... il s'est abaissé lui-même en devenant obéissant jusqu'à mourir, et à mourir sur une croix» (Ph 2, 6-8). Dans la chute de Jésus sous le poids de la croix, apparaît tout son parcours : son abaissement volontaire pour ôter notre orgueil. Et en même temps apparaît la nature de notre orgueil: l'arrogance avec laquelle nous voulons nous émanciper de Dieu et n'être rien d'autre que nous-mêmes, l'arrogance avec laquelle nous croyons ne pas avoir besoin de l'amour éternel, mais avec laquelle nous voulons maîtriser notre vie tout seuls. Dans cette rébellion contre la vérité, dans cette tentative d'être nous-mêmes des dieux, d'être créateurs et juges de nous-mêmes, nous tombons et nous finissons par nous détruire nous-mêmes. L'abaissement de Jésus est le dépassement de notre orgueil: par son abaissement, il nous relève. Laissons-le nous relever. Dépouillons-nous de notre autosuffisance, de notre envie erronée d'autonomie et, au contraire, apprenons de lui, de lui qui s'est abaissé, à trouver notre véritable grandeur, en nous abaissant et en nous tournant vers Dieu et vers nos frères humiliés.

DEUXIÈME STATION QUATRIÈME STATION

 

PRIÈRE

Seigneur Jésus, le poids de la croix t'a fait tomber à terre. Le poids de notre péché, le poids de notre orgueil t'a terrassé. Mais ta chute n'est pas le signe d'un destin hostile, elle n'est pas la pure et simple faiblesse de celui qui est outragé. Tu as voulu venir à nous, nous qui, en raison de notre orgueil, gisons à terre. L'orgueil qui nous fait penser que nous avons la capacité de produire l'homme a contribué à ce que les hommes soient devenus une sorte de marchandise, pouvant s'acheter et se vendre, tel un réservoir de matériaux pour nos expérimentations, grâce auxquelles nous espérons vaincre la mort par nous-mêmes, alors qu'en vérité, nous ne faisons rien d'autre qu'humilier toujours plus profondément la dignité de l'homme. Seigneur, aide-nous parce que nous sommes tombés. Aide-nous à abandonner notre orgueil destructeur, en apprenant, par ton humilité, à nous relever de nouveau.

Jésus est aidé par le Cyrénéen à porter sa croix

5

MÉDITATION

Simon de Cyrène rentre du travail, il est sur le chemin du retour chez lui, quand il croise ce triste cortège de condamnés –, spectacle sans doute habituel pour lui. Les soldats usent de leur droit de coercition et mettent la croix sur lui, robuste homme de la campagne. Quelle gêne a-t-il dû éprouver en se trouvant soudain mêlé au destin de ces condamnés! Il fait ce qu'il doit faire, avec certainement beaucoup de répugnance. Toutefois, l'évangéliste Marc nomme également ses fils qui étaient connus pour être chrétiens et membres de la communauté (Mc 15, 21). De cette rencontre involontaire est née la foi. En accompagnant Jésus et en partageant le poids de sa croix, le Cyrénéen a compris que marcher avec ce Crucifié et l'assister était une grâce. Le mystère de Jésus souffrant et muet a touché son coeur. Jésus, dont seul l'amour divin pouvait et peut racheter l'humanité entière, veut que nous partagions sa croix, pour compléter ce qui manque encore à ses souffrances (Col 1, 24). Chaque fois qu'avec bonté nous allons à la rencontre de celui qui souffre, de celui qui est persécuté et faible, en partageant sa souffrance, nous aidons Jésus à porter sa propre croix. Ainsi nous obtenons le salut et nous pouvons nous-mêmes coopérer au salut du monde.

QUATRIÈME STATION SIXIÈME STATION

PRIÈRE

Seigneur, tu as ouvert les yeux et le cœur de Simon de Cyrène, lui donnant, par le partage de ta croix, la grâce de la foi. Aide-nous à venir en aide à notre prochain qui souffre, même si cet appel est contraire à nos projets et à nos penchants. Donne-nous de reconnaître que partager la croix des autres, et faire l'expérience qu'ainsi nous marchons avec toi, est une grâce. Donne-nous de reconnaître avec joie que c'est précisément en partageant ta souffrance et les souffrances de ce monde que nous devenons serviteurs du salut, et qu'ainsi nous pouvons contribuer à construire ton corps, l'Église.

Offices dominicaux
Samedi à 18h00
(messe anticipée).
Dimanche
à 9h à la chapelle Sainte Thérèse
à 10h30 à l'église du Sacré Coeur.

démarches pour un baptême

 

feuillet bapteme 1

Catéchisme

pour tous les enfants

du CE2 à la sixième

KTforcepetit-354x500

 

 

informations et renseignements au

04 94 24 53 72